Résumés - Lauréat.e.s du concours de soutien à la publication scientifique 2022-2023

bandeau2bis.jpg
 

Félicitations à nos lauréat.e.s du concours de soutien à la publication scientifique 2022-2023. 
Découvrez leurs résumés !

 

Nathalie Auger (UdeM) et al. “Suicide attempts in adolescents the first year of the COVID-19 pandemic in Canada”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Objective We determined if suicide attempt rates increased during the pandemic among young adolescents in Quebec, Canada.

Method We analyzed patients aged 10-14 and 15-19 years who were hospitalized for a suicide attempt in Quebec between January 2000 and March 2021. We calculated age and sex-specific suicide attempt rates and the proportion of hospitalizations for suicide attempts before and during the first (March-August 2020) and second (September 2020-March 2021) waves of the pandemic. We used interrupted time series regression to measure changes in rates during the pandemic, and difference-in-difference analysis to determine if the pandemic had a greater impact on girls than boys.

Results Suicide attempt rates decreased for girls and boys during the first wave of the pandemic. Rates remained low for boys in the second wave and returned to baseline for girls 15-19 years. However, rates rebounded among girls 10-14 years to surpass prepandemic levels. Girls 10-14 years had an excess of 5.07 suicide attempts per 10,000 at the start of wave 2 and rates continued to increase by 0.61 per 10,000 per month thereafter. Compared with the prepandemic period, the increase in the proportion of girls 10-14 years hospitalized for a suicide attempt during wave 2 was 2.2% greater than boys 10-14 years.

Conclusion Hospitalizations for suicide attempts among girls age 10-14 years increased considerably during the second wave of the pandemic. Young adolescent girls were at greater risk of suicide attempt than boys and older adolescent girls.


Audrée Jeanne Beaudoin (USherbrooke) et al. « Intervention positive visant le développement des habiletés socioaffectives des enfants de 4 à 8 ans en milieu scolaire ».
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Introduction De plus en plus de données suggèrent qu’une approche de santé publique doit être mise en place pour promouvoir la santé mentale positive des jeunes. Sachant que la santé mentale chez les jeunes est étroitement liée à leur environnement social, il est importance de miser sur l’amélioration de la qualité de l’environnement socioéducatif, incluant la maison, l’école et la communauté afin de promouvoir le développement des habiletés sociales et affectives des enfants. Une réorganisation importante des services de promotion de la santé mentale et des habiletés socioaffectives des jeunes a été entamée au CIUSSS de l’Estrie en adoptant une approche développementale nommée Intervention Positive (IP). Cette offre de service inspirée des principes de la psychologie positive n’a jamais été documentée et sa grande flexibilité peut mener à une variabilité dans son implantation.

Méthodes Cet article vise à décrire l’implantation de l’IP déployée conjointement par la santé publique du CIUSSS de l’Estrie – CHUS et les milieux scolaires de leur territoire selon le cadre conceptuel pour les soins de santé et services sociaux intégrés en proximité des communautés (SSSSI).

Résultats L’IP intègre plusieurs composantes des SSSSI et tend vers un modèle de services sociaux intégrés en proximité des communautés. En effet, l’IP offre surtout des services sociaux centrés sur la promotion des habiletés sociales et affectives des enfants et la prévention des comportements antisociaux développés pour et avec les partenaires locaux (ex. : écoles). Pour ce faire, l’IP mise sur une forte proximité relationnelle et spatiale avec les partenaires scolaires et le respect de la temporalité des acteurs afin de codévelopper un plan d’action adapté à la réalité de chaque territoire. Toutefois, peu de liens avec les services de santé de première ligne ont été développés après les 6 premiers mois d’implantation.

Conclusion Le présent article démontre qu’il est possible de développer et d’implanter des services visant le développement optimal des habiletés sociales et affectives et la promotion de la santé mentale positive chez les enfants avec et pour les communautés locales. Il est toutefois nécessaire de poursuivre la recherche afin de documenter la validité sociale perçue par tous les acteurs concernés et d’ajuster et bonifier l’offre de services.


Kimberly Borwick (USherbrooke) et al. « Enjeux de sécurité culturelle concernant la transplantation et le don d’organe : perspectives de personnes issues des Premières Nations et professionnelles de la santé ».
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Objectif Décrire et comprendre les facilitateurs et les barrières en matière de sécurité culturelle pour les personnes issues des Premières Nations concernant la transplantation et le don d’organe. 

Type d’étude Étude qualitative descriptive interprétative avec approche décolonisatrice à double perspective. 

Contexte Québec, Canada. 

Participants Onze personnes dont cinq professionnels de la santé et six personnes membres des Premières Nations.

Méthodes Des entrevues semi-dirigées menées entre mai et septembre 2021 auprès de membres des Premières Nations et de professionnels de la santé ayant vécu une expérience concernant la transplantation ou le don d’organe. 

Principales constatations Cette étude a permis d’identifier plusieurs facteurs individuels et contextuels influençant la sécurité culturelle concernant la transplantation et le don d’organes chez les membres des Premières Nations : la barrière linguistique, les impacts de la relocalisation, la méconnaissance en matière de transplantation, la méfiance envers le système de santé, le soutien familial et l’accompagnement et le partage de témoignage de transplantation. 

Conclusion Cette étude indique plusieurs pistes pour renforcer la sécurité culturelle vis-à-vis le don et la transplantation d’organes chez les membres Premières Nations, notamment prioriser la présence d’un accompagnateur, miser sur l’accès à un hébergement culturellement sécurisant et partager les témoignages de transplantation. D’autres travaux en partenariat avec les membres des Premières Nations sont nécessaires afin d’améliorer l’accès à la transplantation d’organes, tout en actualisant leur sécurité culturelle.


Sarah Cooper (UdeM) et al. “Age-appropriate full vaccination coverage in children 0-14 months in Burkina Faso: Trends between 2010-2021 and repercussions of COVID-19”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Background Improving infant immunization completion is key to reducing under-5 childhood mortality. While several have hypothesized that the COVID19 pandemic would disrupt the delivery of health services and immunization campaigns in low- and middle-income countries, evidence remains scarce. We conducted a study in rural Burkina Faso with two main objectives: 1) to assess changes in vaccination coverage during the pandemic and 2) to examine trends in vaccination coverage throughout 2010-2021. 

Methods Five rounds of household surveys (2010, 2015, 2019, 2020, and 2021) from Burkina Faso were pooled together to assess the vaccination coverage and completion of the basic immunization schedule. The population under study comprised all infants aged 0-13 months from a sample of 325 households randomly selected in eight districts. Vaccination coverage was assessed per direct observation of the infants’ booklet. Analyses used multilevel logistic regression models with random intercepts at the household and district levels. 

Results A total of 736 child-year observations were included in the analysis. The proportion of children with age-appropriate full vaccination was 69.76% in 2010, 55.38% in 2015, 50.47% in 2019-2020 and 64.75% in 2021. Analyses assessing changes in age-appropriate full vaccination coverage before and during the pandemic show heterogenous effects amongst the health districts and the different vaccines. This is likely due to lower coverage in the districts surveyed in 2019 compared to those surveyed in 2020. The analyses suggest no disruption in age-appropriate full vaccination due to COVID19. 

Discussion Our findings in Burkina Faso do not support the predicted detrimental effects of COVID19 on the immunization schedule for infants in LMICs. Coverage in age-appropriate full vaccination had decreased between 2010 and 2019 possibly due to the addition of new vaccines. Analyses comparing 2019 and 2021 show an improvement in age-appropriate full vaccination. Regardless of achieving and sustaining vaccination coverage levels in Burkina Faso, this should still remain a priority for health systems and political agendas.


Geneviève Fortin (UdeM) et al. “Portrait of Montréal healthcare workers infected with COVID-19 during the first wave of the pandemic: a cross-sectional observational study”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Objectives During the first wave of COVID-19 in Québec, healthcare workers (HCWs) represented 25% of the cases in Montréal. A study was conducted to describe SARS-CoV-2 infected HCWs in Montréal, and certain workplace and household characteristics. Secondary objectives included estimating the associations between having had access to personal protective equipment (PPE) and training, and following self-isolation recommendations, and certain socio-demographic and workplace characteristics.

Methods A cross-sectional study was conducted, based on a stratified random sample, among Montréal HCWs who tested positive for SARS-CoV-2 between March and July 2020. A total of 370 participants answered a telephone-administered questionnaire. Descriptive statistics were conducted, followed by log binomial regressions to estimate the associations.

Results Study participants were mostly female (74%), born outside of Canada (65%), and identified as Black, Indigenous and People of Color (BIPOC; 63%). In terms healthcare positions, most were orderlies (40%) or registered nurses (20%). Half (52%) of the participants reported having had insufficient access to PPE and 30% reported having received no training related to COVID-19 prevention, with large proportions being BIPOC women. Working evening or night shifts decreased chances of having had sufficient access to PPE (OR 0.50; 0.30-0.83). 

Conclusion This study highlights the profile of the HCWs that were infected during the first wave of the pandemic in Montréal. It also showed challenges for HCWs to have access to sufficient PPE and training. Collecting sociodemographic data and being ready to provide PPE and training at the onset of pandemics is essential to tackle future health crises. 


Marie-Catherine Gagnon-Dufresne (UdeM) et al. “Understanding malnutrition management through a socioecological lens: Evaluation of a community-based child malnutrition program in rural Uganda”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

En Ouganda, près de la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de dénutrition. La dénutrition – une forme courante de malnutrition – englobe le retard de croissance, l'émaciation et l'insuffisance pondérale. Comme les causes de la dénutrition infantile sont complexes, les interventions pour y faire face se doivent d’être multidimensionnelles. De plus, l'accès restreint aux soins de santé pour les populations vulnérables limite le potentiel des stratégies hospitalières. La prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) – comprenant le counseling nutritionnel, les aliments thérapeutiques prêts à l'emploi et le traitement des enfants à domicile par leurs aidants naturels – est reconnue comme une approche efficace pour la réhabilitation des enfants malnutris. Toutefois, les évaluations des programmes de PCMA sont largement basées sur des modèles biomédicaux et comportementaux, ne tenant pas compte des facteurs structurels qui façonnent leur efficacité.

L'objectif de cette évaluation était de comprendre les facteurs influençant la gestion ambulatoire de la malnutrition au sein d’un programme de PCMA en Ouganda, utilisant le modèle socioécologique pour évaluer les facteurs opérant à différents niveaux. Cette évaluation a utilisé des méthodes qualitatives pour identifier des facteurs liés : 1) aux aidants naturels; 2) aux soins de santé; et 3) aux structures sociales. Les données ont été recueillies dans une clinique de santé communautaire en 2019 par le biais d'observations et d'entretiens avec les aidants naturels d'enfants malnutris. Nous avons observé 14 rencontres entre les professionnels de santé et les aidants naturels, et interviewé 15 aidants naturels pour examiner les facteurs nuisant à la gestion ambulatoire de la malnutrition. Les données ont fait l'objet d'une analyse thématique basée sur le modèle socioécologique.

Les analyses ont démontré que les aidants naturels avaient une compréhension limitée de la malnutrition, et que le counseling qui leur était offert était insuffisant. L'inégalité entre les sexes et la pauvreté limitaient l'accès aux soins de santé et la capacité des aidants naturels à soutenir leurs enfants dans leur réhabilitation nutritionnelle. Ainsi, les facteurs associés aux aidants naturels et aux soins de santé interagissaient avec des facteurs structurels pour façonner la prise en charge communautaire de la malnutrition.

Les résultats de l’évaluation suggèrent ainsi que les programmes de PCMA bénéficieraient d'interventions plus holistiques, permettant de surmonter les multiples obstacles à leur efficacité. L'utilisation d'une approche socioécologique pour l'évaluation de ces programmes pourrait contribuer à examiner conjointement les déterminants liés aux pratiques des aidants naturels, aux soins de santé, ainsi qu’aux structures sociales qui influencent la prise en charge communautaire de la malnutrition infantile dans les pays à faible et moyen revenus.


Jonathan Gervais-Hupé (UdeM) et al. “What are the perceived needs of people living with chronic pain regarding physiotherapy services? A scoping review protocol”. 
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Introduction Chronic pain represents a major health issue, affecting the physical and mental health of approximately one in five people worldwide. It is now widely recognized that health professionals should use interventions that meet the needs of people living with chronic pain. Therefore, physiotherapists should attend to patients’ perceived needs regarding physiotherapy services, i.e. the needs that are perceived by patients themselves based on their beliefs, preferences and expectations. However, previous reviews have mainly focused on health professionals’ and experts’ evaluations of patients’ needs, which may result in inadequate answers to these needs.

Objective This protocol will guide the conduct of a scoping review to explore what is known from the existing literature about the perceived needs of people living with chronic pain regarding physiotherapy services.

Methods This protocol presents the steps of a scoping review that will follow Arksey and O’Malley’s six-step framework. Medline, Embase, CINHAL, and APA PsycINFO will be used to search the scientific literature. The grey literature will also be search using Google Scholar, OpenGrey and ProQuest Dissertation & Theses Global (PQDTGlobal). Studies published in English and French will only be considered. Two independent reviewers will perform the selection and extraction processes. Descriptive statistics will be performed to characterize the included studies. Quantitative, qualitative and mixed methods studies will be analysed and synthesised using convergent qualitative meta-integration. Thereby, quantitative findings will be transformed into qualitative data, then analysed using thematic analysis, and finally integrated with the findings from qualitative studies.

Inclusion criteria Included studies will describe the perceived needs of adults living with chronic pain regarding physiotherapy services. Studies focusing on the perspectives of health professionals and rehabilitation services other than physiotherapy will be excluded.


Mélanie Levasseur (USherbrooke) et al. “Impact of COVID‑19 on trajectories of older Canadians’ depressive symptoms between 2018 and 2020: results from a Canadian Longitudinal Study on Aging multilevel study exploring the protective effect of communities’ age-friendliness”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Contexte : La pandémie de COVID-19 a eu un effet généralisé sur la santé mentale. Les municipalités amies des aînés (MADA) sont un moyen prometteur d'accroître le soutien dans les communautés, mais on connait peu leur effet protecteur sur les symptômes dépressifs. Cette étude visait à explorer les effets protecteurs potentiels d'un plan d'action MADA, et d'autres caractéristiques, sur les trajectoires des symptômes dépressifs des personnes âgées au cours des premiers mois de la pandémie. 

Méthode : Les analyses ont été réalisées avec: 1) le premier suivi de l'Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ELCV) (2015-2018), l’étude par questionnaire sur la COVID-19 de l'ELCV (2020), 2) une enquête sur les démarches MADA des municipalités, et 3) le recensement (2016). Les répondants (n=6659) vivaient dans 50 municipalités comptant au moins 20 répondants. Les symptômes dépressifs ont été évalués à l'aide du questionnaire CES-D-10. Une modélisation des classes latentes a attribué une trajectoire de symptômes dépressifs aux répondants. Les trajectoires ont été prédites par des modèles logistiques multiniveaux. 

Résultats : 66,1% des répondants avaient une trajectoire stable et non-dépressive, 28,1% une trajectoire déclinante, et 5,8%, une trajectoire dépressive. Les plans d'action MADA, en place dans la moitié des communautés avant la pandémie (n=26), n'ont pas eu d'effet protecteur. Être une femme, se sentir seule, un revenu plus faible, des conditions chroniques, participer moins souvent à la vie sociale, un sentiment d'appartenance inférieur, une infection probable ou confirmée par la COVID-19 et subir du stress lié à la pandémie prédisait une trajectoire dépressive. La défavorisation matérielle de la municipalité avait un effet protecteur vis-à-vis la trajectoire déclinante.

Conclusion : Un plan d'action MADA ne présentait pas d'avantages vis-à-vis les trajectoires de symptômes dépressifs durant la pandémie, mais disposer de volontaires pour faciliter l'accès aux ressources et aux interactions sociales aurait pu limiter la hausse des symptômes dépressifs.


Marie-Hélène Lévesque (USherbrooke) et al. “Social prescribing and preventive occupational therapy: A greater way to cope with adversity?”
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Cet article présente une synthèse des connaissances sur la prescription sociale et ses liens avec le programme Remodeler sa vie : une intervention d’ergothérapie préventive visant le développement de modes de vie sains et l’optimisation de la participation sociale. Plus précisément, l’article présente la définition de la prescription sociale, son utilisation dans les systèmes de santé et sociaux canadiens et mondiaux, ses effets probants, ses critiques et ses retombées en contexte de pandémie. Puisque la prescription sociale partage plusieurs affinités avec le programme Remodeler sa vie, l’article pose aussi un regard sur les zones de compatibilité et de tension ainsi que sur la façon dont l’implantation de ces deux interventions pourrait catalyser les efforts mondiaux vers une société plus juste et en meilleure santé, et ce, en présence d’une situation d’adversité ou non.


Nessrine Nasser Eddine (UdeM) et al. “Multi-matrices biomonitoring approach to assess exposure to metals and trace elements in the Lebanese population and association with drinking water consumption”.
Une publication soutenue par l’axe Inégalités sociales de santé et équité

Résumé

L'exposition aux métaux et aux éléments traces de la population libanaise a été évaluée par le biais d'une surveillance biologique multi-matrices. De nouvelles données sur ces multiéléments dans l'urine, les cheveux, les ongles et l'eau potable ont été obtenues dans cette population. Les niveaux biologiques ont également été comparés selon l'âge, le sexe, le statut tabagique, le statut socio-économique, la zone géographique et la source d'eau potable. Les concentrations de plusieurs éléments dans l'urine, les cheveux et les ongles étaient plus élevées chez les enfants que chez les adolescents et/ou les adultes. Les niveaux de certains métaux (cadmium, plomb et manganèse) étaient statistiquement plus élevés dans les échantillons des sous-groupes ayant un statut économique inférieur. Très peu de corrélations ont été identifiées entre les sources d'eau potable et les concentrations biologiques de métaux et d'éléments traces.


Nolwenn Noisel (UdeM) et alEnvironnement et santé publique, fondements et pratique, 2e édition
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé à venir


Lauriane Ouellet (ULaval) et al. “Healthy development of urban Inuit children: A look at the needs and resources to support Inuit families in southern Quebec.
Une publication soutenue par l’axe Inégalités sociales de santé et équité

Résumé à venir


Cheick Oumar Tiendrebéogo (UdeM) et al. « La suppression du ticket modérateur pour la planification familiale augmente-t-elle l'utilisation de la contraception? Une évaluation d'impact de la politique nationale au Burkina Faso ».
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Plusieurs études ont montré que la barrière financière constitue un obstacle à l’accès et à l’utilisation de la planification familiale dans les pays à ressources limitées. L’adoption d’une politique de gratuité de la planification familiale pourrait donc augmenter l’utilisation des méthodes contraceptives dans les milieux défavorisés. Nous rapportons les résultats d’une étude pré-post avec un groupe témoin non randomisé au Burkina Faso dont l’objectif était d’évaluer les effets de la politique de gratuité de la planification familiale sur l’utilisation des méthodes contraceptives initiée pour la première fois sous forme de projet pilote en juillet 2019 dans deux régions (Cascades et Centre-Ouest) et qui s’est étendue une année plus tard à l’échelle nationale. Un questionnaire ciblant les indicateurs de santé sexuelle et reproductive extrait des instruments du programme d’Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS), a été administré individuellement à toutes les participantes. Les questions ont été posées en langues locales (Moore, Dioula, Lélé, Fufuldé, Gourmantché) aux domiciles des participantes par des enquêtrices expérimentées. Ces questions portaient principalement sur la connaissance de l'existence de la nouvelle politique de gratuité de la PF, l'utilisation actuelle de contraceptifs, l'activité sexuelle, les intentions de procréation et l'historique des grossesses, et le fait d'avoir été récemment en contact avec un professionnel de santé.

Six mois après sa mise en oeuvre, 65% des participantes étaient au courant de l’existence de la politique de gratuité de la PF. Cette gratuité a entrainé une augmentation de 86% de l’utilisation des méthodes contraceptives et le fait d’être au courant de cette nouvelle politique était significativement associée à une probabilité accrue de 46% d’utiliser la contraception parmi les femmes en âge de procréer. Cette politique a réduit de 13 points de pourcentage la prévalence des besoins non satisfaits en matière de contraception. Des résultats similaires ont été retrouvés dans d’autres études précédentes qui ont montré une utilisation accrue des services de santé à la suite de la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans au Burkina Faso. Nos résultats suggèrent que la politique de gratuité de la PF est une bonne stratégie permettant d’augmenter l’utilisation des méthodes contraceptives auprès des femmes dans les pays à ressources limitées.


Ran van der Wal (McGill) et al. “Improving the HIV-sensitivity of socioeconomic empowerment programs in Botswana: A modified Policy Delphi with vulnerable young women and frontline service providers”.
Une publication soutenue par le RRSPQ

Résumé

Introduction: Although at high risk of HIV infection, unemployed and out-of-school young women in Botswana rarely benefit from available socioeconomic programmes that could empower them to act on HIV prevention choices. To inform how these programs could become more HIV-sensitive, we investigated support among young women and frontline service providers for improvement proposals generated in prior research, and examined how their views differed.

Methods: Using a modified Policy Delphi, a panel of 22 young women and 8 frontline service providers rated 33 improvement proposals for desirability and feasibility (Round 1), ranked them for relative importance (Round 2), and contributed rationales, implementation suggestions, and additional proposals. We used descriptive statistics to compare ratings and rankings between the overall panel, service providers and young women, and analysed rationales, feedback, and suggestions with Framework analysis. 

Results: Panelists added six proposals in Round 1 and one in Round 2, resulting in a total of 40 improvement proposals. They rated nearly all proposals as very desirable, two thirds as definitely feasible, and nearly all received a top three priority rank from at least one panelist. Frontline service providers stressed foundational skills and a holistic approach while young women preferred specialized training and proposals with more immediate benefits. Overall, panelists perceived positive role models for programme delivery, skills training, and access to land and water as most critical to empower unemployed and out-of-school young women.  

Conclusion: Involving young women and frontline service providers in the generation and assessment of proposals to improve socioeconomic empowerment programs in Botswana resulted in a wide range of policy and practice proposals they found acceptable, feasible, and important. High levels of agreement between panelists and strong support for all proposals suggest ample policy space to improve available programs in favor of young women who are most at risk of HIV infection.